Les chroniques de Guy N° 4

 Heinrich Friedrich Ludwig MEYER La devise de ce problème, Kunst und Tugend ziert die Jugend signifie en allemand : « La jeunesse embellit l’Art et la vertu» et ce problème a obtenu une première mention d’honneur au congrès de Düsseldorf qui s’est tenu en 1863. L’énoncé stipule que les blancs, qui jouent les premiers, font mat en trois coups :

Voici la solution du mat en trois coups : 1 Fb2-h8 !! une clef difficile à (pré-) voir et maintenant le fou fait partie de l’histoire après avoir franchi la case critique g7 

Si les noirs jouent 1…Rb7-c7 2 Dd1-c2+! 2…Rc7-d7 (ou 2…Rc7-d6) 3 Dc2-c6 mat et si 2…Rc7-b7 3 Dc2-h7 mat !

Aussi après 1 Fb2-h8 !! si les noirs répliquent 1…Rb7-a7 il suit 2 Dd1-a1 ! clouant le fou noir 2…Ra7-b7 3 Da1-g7 mat qui explique la clef de ce mat en trois coups qui est un MEREDITH !

Ce problème illustre de façon économique le thème BRISTOL imaginé par Frank HEALEY (encore lui ! voir ma première chronique) qui remporta le premier prix au tournoi de la ville de BRISTOL d’où le nom du thème BRISTOL ou HEALEY;

Il s’agit tout simplement d’un dégagement de ligne, les deux pièces thématiques (ici le fou blanc et la dame blanche) faisant le même parcours dans le même sens après que la première pièce thématique ait franchi une case critique !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.