Les chroniques de Guy N° 6

Voici comment le maître international Aldo HAÏK et champion de France présentait ce classique parmi
les classiques dans son ouvrage « Les Échecs spectaculaires : 150 chefs-d’œuvre de l’histoire des
échecs ; Parties, études et problèmes »
paru en 1984 chez Albin Michel :
« Un fort joueur, dont nous tairons pudiquement le nom, s’est exclamé au petit matin, après toute une nuit
passée à tenter en vain de le résoudre, : « Mais il est insoluble ! »
Et pourtant la solution en trois coups existe bel et bien !

Les blancs, qui jouent les premiers, font mat en trois coups (quatre pièces blanches pour une noire)
Je précise que cette superminiature de cinq pièces est une version améliorée d’un mat en deux coups
conçu par le Français Pierre Auguste d’ORVILLE (1804-1864) ayant appartenu au club d’échecs de la
ville d’Anvers (en Belgique) ! Saurez-vous trouver la solution de ce Rex solus subtil ?

Voici la solution de la superminiature de Frank HEALEY en trois coups : 1 Rd6-d7 ! ce retrait sibyllin cache quelque chose forçant la réplique noire 1….Rd3-e4 (quoi d’autre en effet ?) et maintenant la bombe 2 Tc5-d5 !! un brillant sacrifice en plein milieu de l’échiquier : voilà ce qui était caché profondément ! 2….Re4xTd5 encore forcé et 3 Df2-d4 mat (le baiser de la mort) ! Une œuvre splendide d’un géant de l’époque de Transition (milieu du dix-neuvième siècle) qui annonce la naissance des futures écoles problémistiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.